Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
20 juin 2010 7 20 /06 /juin /2010 19:46

 

 

Dans le dernier numéro (n° 266, mai-juin 2010) de Valeurs mutualistes, la revue de la MGEN, un article sur l'identité nationale - article sans intérêt sur lequel je ne m'attarderai pas - nous montre un échantillonnage de Français applaudissant à la mise à la poubelle de la nation française.nation-poubelle-2.jpg

 

La société marchande ne définit plus l'homme que par son rapport à l'objet, à sa capacité à l'acquérir, au « style » que celui-ci en retour lui donne, et l'individualisation qui en découle lui ôte tout déterminisme pour ne lui laisser que le « libre choix » de son identité. « Je suis femme et française si je le veux, catholique ou bouddhiste selon mon humeur, hétéro, homo, bi, tout cela a la même valeur (quel vilain mot d'ailleurs !), je parle toutes les langues et même celle que j'invente, je suis grundge, fashion ou sport, moi et moi seule peut me définir ». Ainsi, l'homme désincarné, nomade non seulement géographiquement mais aussi dans son identité, acquière-t-il la flexibilité que lui demande le Capital, aussi bien pour se soumettre au marché du travail que pour modeler ses désirs selon « l'offre du moment », celle de la mode ou de la dernière publicité.

 

Et la nation dans tout cela ? Eh bien la nation, c'est celle qui vous ancre, dans une histoire, des codes, une loi, une culture, une façon d'être et une langue parfois, c'est celle qui fait, qu'au-delà de votre corps et de votre histoire propre, vous appartenez à un lieu, à une communauté qui transcende toutes les autres, et qui, si elle possède une identité nationale, ne peut être la vôtre sans une adhésion qui vous constitue bien au-delà d'une carte d'identité. Cette adhésion, si elle ne vous est pas constitutive par la naissance et le milieu dans lequel vous avez baigné depuis tout petit, sera difficile à acquérir. Elle prendra du temps. Mais l'homme nomade n'a pas le temps : il est souple et libre, citoyen d'ici aujourd'hui, de là-bas demain, son vote et ses actions ne sont déterminés que par l'immédiateté des conséquences de ses choix : plus tard, il sera ailleurs... Et lui-même sera autre peut-être...

 

Alors si la nation doit être sans identité pour y intégrer plus facilement l'homme flexible, citoyen-voyageur, à quoi bon la nation ? Autant la jeter à la poubelle ! Quelques institutions administratives suffiront...

 

C'est pourtant elle, la nation, parce qu'elle fédère en son sein une communauté au-delà des clivages identitaires personnels, qui a permis de constituer ce que l'on peut considérer comme le stade suprême du mutualisme : la solidarité nationale incarnée par la Sécurité Sociale et les services publics, et que « Valeurs mutualistes » jette par-dessus bord, au prétexte que l'identité ne se résume pas à la question seule question nationale. Il serait peut-être temps pour cette revue de changer de titre...

Partager cet article

Repost 0
Published by nouvelle_lune - dans Société
commenter cet article

commentaires

berla 05/08/2010 18:45


un petit mot pour vous dire que j'aime bien vos billets, pleins de délicatesse et en même temps diablement incorrects


clebs 21/06/2010 19:07


Bonsoir, je fais du hors sujet que tu pourras effacer, mais Julien m'a dit que je devais m'adresser à toi pour espérer récupérer mes "mots" sur le forum d'ER. Je sais que j'ai pas dut y apporter
grand chose, mais comme je n'ai aucune copie de ceux ci, j'apprécierais en récupérer une. Si tu ne le peux pas, tant pis pour moi, comme je ne crois plus en la république, ça sera mon cadeau d'à
Dieu.


Présentation

  • : Le blog de nouvelle_lune
  • : Réagir à l'actualité et mettre sur le papier toutes les petites pensées pas forcément politiquement correctes qui me trottent dans la tête...
  • Contact

Recherche

Liens