Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
19 octobre 2010 2 19 /10 /octobre /2010 14:54

 

Scandale sur la 2 ! Ce 15 octobre, Jean-Paul Guerlain interrogé par Élise Lucet parle de la genèse de Samsara. Samsara.jpegAmusant... Samsara, le cycle des réincarnations, sans début et sans fin, sans Genèse et sans Apocalypse... D'un parfum éternel dont le 33ème essai signa la perfection – tant qu'à faire dans le symbolique, puisqu'il faut voir du sens même là où il n'y en n'a pas, n'y aurait-il pas là un clin d'œil maçonnique ? - qui naquit pour l'amour d'une femme et que l'on devrait tuer pour la haine prêtée à l'homme qui l'enfanta... Haine raciste, la pire en ces temps d'in-différence...

Et la toile pousse son cri : Boycottons Guerlain !

 

Jean-Paul-Guerlain.jpegDonc, voilà notre homme, détendu et souriant, plongé dans ses souvenirs : une femme qui ne se parfumait pas, ou si peu, et qu'il voulait envelopper de la plus douce senteur, un parfum fait pour elle : du jasmin, de la rose, du santal... Chine, Inde et Proche-Orient pour un parfum français.

Mais depuis l'inénarrable BHL, on sait ce que vaut tout ce qui est français, et même le plus suave des parfums ne peut masquer longtemps l'odeur nauséabonde qui se dégage. La preuve en est donc une fois de plus donnée : Monsieur Guerlain pue. D'ailleurs SOS-Racisme - qui se souvient des odeurs de Chirac - va s'occuper de lui, aidé, une fois n'est pas coutume, par le CRAN, pâle copie du CRIF. Ça y est, on va dire que moi aussi je suis raciste. Et antisémite pourquoi pas. Parce que dire que le CRAN est pâle c'est nier sa négritude et c'est, de plus, le traiter de faible, enfin de plus faible que le CRIF, et dire cela c'est dire que le CRIF est puissant, et donc... Bref, on ne s'en sort pas, et finalement tout le monde ferait mieux de se taire.

 

Ainsi, Monsieur Guerlain aurait mieux fait de se taire, plutôt que de se laisser aller là, devant tous les Français à l'heurebouche-scotch.jpeg du déjeuner, à réveiller ses vieilles amours jusqu'à en oublier qu'il n'était pas seul à rêvasser à haute voix. Il aurait dû fermer sa bouche, mais pas Madame Lucet qui elle, justement, se tait au lieu de sauter sur sa chaise, de le harponner, de le chasser, les yeux foudroyants et le verbe outré, avant de revenir dignement devant ses téléspectateurs, excusant ses érucations bien compréhensibles, son devoir d'assainissement du PAF accompli... Non, au lieu de cela, elle sourit, et même à bien écouter, on se demande si elle ne rit pas un peu... Simple politesse devant une blague maladroite ? Non, non, vous verrez qu'elle ne s'en tirera pas à si bon compte. Forcément, elle adhère, elle est complice, il a dit tout haut ce qu'elle pense tout bas, ce que les Français pensent tout bas, enfin les français d'en bas, ceux avec un petit f, les français beaufs, les français franchouillards, quoi ! Donc, lui aurait dû se taire, et elle n'aurait pas dû, mais lui, emporté par ses souvenirs se laisse aller à montrer son âme à nu, ses sentiments en vrac sans prendre la peine de les filtrer, les vannes sont ouvertes et ses tripes coulent, mêlant son amour d'une femme et sa haine des noirs.

Qu'ils disent.

 

Parce que c'est bien ça que l'on lit sur les papiers de la toile, forums et commentaires. Ça et même plus. Allez ! Je vous en jette quelques uns à la pelle :

odeur-nauseabonde.jpeg

 

 

  • « cet ancien PDG, se fait l'écho d'une pensée nauséabonde qui assimile une couleur de peau...»

 

  • « laisser dire aujourd'hui c'est laisser faire demain »

 

  • « tant que l'on aura l'habitude de pardonner ces raccourcis intellectuels et de les relayer dans les médias sans une condamnation ferme et volontairement sévère, la masse et son "élite" continueront de vomir des propos... »esclavage.jpg

 

  • « "Je ne sais pas si les nègres ont toujours tellement travaillé" est l'équivalent de "je ne sais pas si les esclaves ont toujours tellement travaillé"...quelque part c'est un négationniste de l'esclavage »

 

  • « s'il avait dit "je ne sais pas si les juifs ont tellement souffert", tous les français seraient en train de manifester. »

 

 

Eh bien voilà, tout est là ou presque ! Concurrence victimaire en prime : que le CRAN fasse comme le CRIF et les français passeront leur temps à manifester, non plus pour leurs petites retraites, à ces beaufs franchouillards racistes et égoïstes, mais pour des sujets plus nobles, et surtout plus impératifs, parce que sinon demain... D'ailleurs une association groupusculaire de Villiers-le-Bel – tout un symbole ! - appelle à manifester devant le bâtiment de France 2. Qui quoi ? Aurait dû prévoir ? Savoir que son invité allait "déraper" ? Le ligoter à la sortie et le livrer illico aux Autout-le-gateau.jpegtorités ? Le forcer à faire son mea culpa, là tout-de-suite, se courber et implorer le pardon du peuple ? Limoger Élise Lucet pour son silence ? On ne sait trop... Mais manifestons contre le racisme ! Tout est bon là-dedans et ça ne mange pas de pain... Petite association qui par ailleurs a elle aussi déposé plainte : il ne faudrait quand même pas laisser tout le gâteau aux grosses, fussent-elles sœurs aînées.

 

toile-internet.jpegMais partant une nouvelle fois à la pêche, on trouve très vite de plus belles perles encore, comme celle-ci que j'ai gardée pour la fin :

 

  • « J'ai déjà la nausée rien qu'à imaginer si, dans la foulée il avait dû se prononcer sur la 2nde Guerre Mondiale et les chambres a gaz... »

 

Cette fois, nous y sommes ! Paf ! Direct de Samsara au ZyklonB ! Parce que sinon demain... LES CHAMBRES À GAZ ! Mais que ferait-on sans elles aujourd'hui... ? Nos ancêtres craignaient l'enfer et priaient pour le salut de leurs âmes. Nous, nous vivons sous le spectre de la Shoah ; devenue l'étalon de notre moralité, elle nous sert tout à la fois de guide et d'épouvantail, et est ainsi appelée à la rescousse chaque fois qu'il nous faut juger. Si le lien est court, l'opprobre sera terrible. Et pour Monsieur Guerlain, le lien est très court...

 

 

Mais ce fil, qui le relie à Auschwitz, est peut-être plus direct encore. Plus direct mais moins audible dans l'air du temps d'aujourd'hui. Et peut-être est-il bien un négationniste. Car qu'a-t-il dit, dans le fond ? « Pour une fois, je me suis mis à travailler comme un nègre. » En disant cela il a dit deux choses : qu'il avait beaucoup travaillé et que ce n'était pas son habitude. Il avoue donc ne pas travailler trop, laissant à penser que cela ne représente pas une tare pour lui, que c'est même plutôt bien de ne rien faire, et que ces pauvres nègres... On peut alors imaginer qu'il a eu à cet instant, comme un danse-africaine.jpegéclair, l'image des Africains palabrant sous les palétuviers, dansant au son des tams-tams, quelque chose qui le chiffonnait, le sentiment d'une contradiction, et il ajoute maladroitement : « Je ne sais pas si les nègres ont toujours tellement travaillé ». C'est tout un flot d'idées qui se bousculent dans son esprit : le rappel que l'expression « travailler comme un nègre » n'est pas intrinsèque "aux nègres", que cette image n'est pas leur : qu'on la leur a imposée en leur imposant l'esclavage. Laissés libres, ils travaillent pour ce dont ils ont besoin pour vivre, mais pas au-delà, la création de biens n'est pas le but de leurafricains.jpeg existence... Est-ce un mal ? Il remet ainsi les choses à leur place, il se veut honnête : les nègres n'ont pas toujours tellement travaillé. Et heureusement pour eux : ils n'ont pas toujours été esclaves. Et heureusement pour eux : ils ont d'autres valeurs dans la vie. Et heureusement pour moi : car moi non plus je n'ai pas toujours tellement travaillé, et je peux donc ne pas m'en sentir coupable.

Voilà ce qu'il nous dit.

 

Alors, à l'heure où l'abondance de biens éphémères est érigée en dogme malgré l'évidente destruction qu'elle engendre - condition de l'équilibre économique au détriment de celui de la planète, pourvoyeuse du bonheur du consommateur au détriment de celui du producteur – à l'heure où les français manifestent pour la sauvegarde de l'âgeArbeit-macht-frei.jpeg de leur retraite pour pouvoir encore profiter un peu de la vie avant de la quitter, à l'heure où les maladies dues au stress sont de plus en plus fréquentes, à l'heure où l'on se suicide sur le lieu de son travail, ne pourrait-on pas se poser la question : et si "les nègres" avaient raison ? Et si Monsieur Guerlain n'avait fait que de nous rappeler que parfois Arbeit macht nicht frei ?

Partager cet article

Repost 0
Published by nouvelle_lune - dans Anti-racisme
commenter cet article

commentaires

Sébastien Derouen 17/12/2010 10:37


Pas mal l'expression "voix de cul-pincés"… où l'on passe du flatus vocis au vocal fart… Mais il est vrai que ces affaires sont peut-être l'exemple par excellence de l'action à entreprendre purement
par le côté politico-juridique, sans forcément se raconter qu'on pourrait d'abord faire changer les mentalités, si longuement et si obstinément empoisonnées. Après tout, la peine de mort a été
supprimée (dommage) alors qu'elle était, si je puis dire, populaire. À mon sens, du côté des lois liberticides, on a plus d'espoir du côté de hauts magistrats fatigués d'être tenus en lisière, pour
ne pas dire promenés en laisse, par des associations de crétins, que du côté d'un grand soulèvement populaire. Je sais qu'en disant cela je vais m'attirer la haine de tous ceux qui savent à quel
point les hautes sphères de la police et de la justice sont gangrenées par la Maçonnerie — mais j'avoue que dans certains cas, je crois plus à une sorte de réflexe professionnel, corporatif, pour
mettre un terme à certains abus, qu'à un sursum corda populaire… Ainsi, par exemple, les profs ont beau être ou plutôt avoir été gauchistes et adeptes idéologiquement de certaines néo-pédagogogies
à la con, ils sont aussi les praticiens de la chose et les victimes collatérales de leurs propres erreurs ou de celles de leurs devanciers — et donc plus susceptibles de réagir contre ces abus
et ces erreurs que ne pourraient l'être les élèves et les parents d'élèves, à la fois passifs et globalement incompétents à l'égard du mal qu'ils subissent ou que l'on inflige à leurs enfants.


Sébastien Derouen 17/12/2010 03:51


C'est la position la plus juste possible. Le “sketch” de Dieudo sur Guerlain n'est pas aussi pertinent que cela, même s'il est drôle et si, en un sens, c'est de bonne guerre. Dieudo, en réagissant
comme il l'a fait, montre qu'il appartient encore à cette culture qui est celle de l'anti-racisme des années 80, qui cherche sans cesse et partout des coupables à stigmatiser. Il n'a raison qu'à
souligner que les indignations des journalistes sont à géométrie assez variable — mais en l'occurrence tout le monde s'est quand même bien indigné. Pour ma part, je préférerais un monde où
Dieudo pourrait faire ses spectacle, Guerlain radoter à sa convenance et Reynouard écrire ce qu'il croit, sans que des petits auxiliaires de police se piquent de les punir sans fin. Car l'attitude
de la police et de la justice, quand elles sont saisies sur la base d'un législation absurde et inique en plus d'être inutile et même nuisible, me choque quand même moins que que celle des
journalistes, ou pire des "militants" associatifs et autres "gauchistes" qui ne sont même pas astreints statutairement à appliquer ces conneries, mais qui le font par goût et par vocation…


nouvelle_lune 17/12/2010 09:09



Comme toujours,bien d'accord avec toi Sébastien... La police, la justice, pour détestables qu'elles soient ne font qu'appliquer - la police surtout, car les juges ont quand même une certaine
latitude d'appréciation - les lois, et c'est donc à ce niveau là qu'il faut se battre. Sans ces lois les SOS-Racisme, Licra et autres Cran auront les mains coupées. Quant aux journalistes, s'ils
pourront toujours tenir leurs propos, ce ne seront que paroles qui croiseront librement d'autres paroles (à condition que les médias redeviennent libres et pluriels...), et enfin nous
n'entendrons plus ces voix de culs-pincés : "mais quand même, il a été condamné par la justice !", comme s'il s'agissait de la preuve irréfutable de la noirceur de l'homme désigné à la vindicte
et de la Justice divine.



Sébastien Derouen 16/12/2010 22:23


Un moment d'absence.


nouvelle_lune 16/12/2010 22:49



Eh bien je suis au moins sûre de ta sincérité ! J'ai crû un instant qu'à tant vouloir effacer E&R de ta mémoire tu en avais oublié mon pseudo : il est vrai que je l'utilise de moins en moins.


Quant à ton commentaire sur l'article ci-dessus, je t'en remercie : en adoptant une position qui n'était ni celle du MRAP (!) ni celle de Dieudo, je n'étais pas sûre qu'il soit bien compris...



Sébastien Derouen 16/12/2010 20:57


J'aime bien votre site. C'est l'un des seuls sites / blogs que je lise régulièrement et presque en entier. Cet article est très bon. Félicitations.


nouvelle_lune 16/12/2010 22:00



Merci Sébastien, venant de toi je suis particulièrement touchée. Mais... depuis quand est-ce que tu me vouvoies ? :-)



Alain 19/11/2010 17:46


J'ai évoqué l'intervention de M Guerlain sur mon blog et contrairement à beaucoup d'autres, je pense que la phrase de ce vieux (pour ne pas dire sénile!) monsieur n'a aucun intérêt, sinon pour la
presse française dont on connait la médiocrité et les limites! Il y a aussi des expressions du type en chier comme un turc, être bourré comme un polonais et bien d'autres, qui pourraient alimenter
la piètre chronique des gazettes françaises dont encore un fois on connait bien la misère créative. Je ne m'attarderai pas sur les prétendues associations antiracistes, annexes des partis
politiques (qui prennent notre fric deux fois comme cela!), qui ne font qu'exhorter la haine raciale au lieu de l’apaiser.
L'ex-pays des libertés est en train de finir sa course dans les latrines du politiquement correct, fer de lance des idiots utiles du système.


Présentation

  • : Le blog de nouvelle_lune
  • : Réagir à l'actualité et mettre sur le papier toutes les petites pensées pas forcément politiquement correctes qui me trottent dans la tête...
  • Contact

Recherche

Liens